Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/scoutseu/www/route/wp-includes/post-template.php on line 293

La veillée témoignage de foi (VTF)

La veillée témoignage de foi (VTF) n’est pas toujours connue ou comprise par les pilotes. Celle-ci fait pourtant intégrante d’un programme de Route. Parfois réticents, certains routiers/guides-aînées découvrent en Route Ecole que ce n’est pas un vain mot et que l’on peut monter et réussir une belle VTF. (Certains m’ont parfois avoué, que c’était la meilleure veillée qu’ils n’avaient jamais fait de leur vie !) Encore faut-il savoir comment s’y prendre. Nous allons vous expliquer comment construire et réussir une VTF.

Mais tout d’abord qu’est ce qu’une Veillée Témoignage de Foi ?

Ce n’est pas une veillée d’adoration ou de prière ou l’on va réciter un rosaire…

C’est de faire participer un large public à une veillée festive scoute puis de prier avec lui. C’est par la manière dont nous allons nous comporter : accueillir les gens, chanter et jouer avec eux, les émouvoir par nos numéros que nous allons toucher les cœurs et par là même transmettre notre foi et ce que nous sommes : Routiers/Guides-Aînées Scout d’Europe.

La préparation de la VTF

On ne décide pas le jour même que l’on va faire une VTF dans le village dans lequel on s’arrête. La VTF se prépare en amont, lors de la préparation de la route. Pour cela, on choisit un village d’environ 700 à 1500 habitants. Cela permet de bouger du monde sans que cela soit trop difficile à maitriser. On la programme aux 2/3 de la route quand l’ambiance de clan/feu bat son plein et que les pilotes en ont encore sous la pédale !

L’idéal est de la faire à un point central du village : terrain de sport, place devant l’église, sous une halle, un théâtre de verdure… Si l’on ne peut pas faire de feu, on délimite la scène avec des bougies/veilleuses, on construit des réflecteurs avec du papier alu que l’on façonne avec une gourde ronde.

On prévient en amont : le maire, le curé de la paroisse, les abris du pèlerin (sur les chemins de St Jacques). On est sur place le Jour J au plus tard à midi pour pouvoir répéter et faire du porte à porte.

Jour J, Préparation sur place

La veillée est déjà prête et les numéros pré-écrits. (On a confié les numéros aux différentes équipes lors de la préparation de la route).  On peut partir sur des thèmes divers et variés : Le pèlerin de Saint Jacques, les bâtisseurs de cathédrales, les légendes du coin, Routier et pèlerin. Les routiers/guides-aînées ont répété les numéros et les chants, le filage est au carré. La veillée doit être détendue dans son exécution mais sans blanc ou approximation. Le public doit être marqué par le soin général de la préparation. Les routiers ont travaillé les techniques : mime gant blanc, marottes, saynètes avec costumes, chœur parlé, narration participative. On prend également des chants typiquement scouts à plusieurs voix mais également des chants locaux que les anciens connaissent. En revanche, on évite absolument tout chant connoté : Les bleus sont là, la cavalcade, la strasbourgeoise. Vous aurez compris pourquoi. Pas besoin de faire un dessin. Au final tout doit être : Beau, Clair et Joyeux.

Mais qui dit veillée, dit public. Il faut donc aller pendant l’après midi faire « de la retape », inviter les gens à notre veillée, discuter avec eux, leur présenter qui nous sommes. Pour cela, on organise un roulement entre les équipes en leur confiant une partie du village et ainsi quadriller celui-ci tout en évitant d’inviter dix fois la même personne. On vise les points stratégiques, là où il y a du monde : le marché, les magasins, les bars et cafés, les jardins publics, la rue. On aura pour cela préparé un petit flyer pour les laisser dans les mains des gens que l’on aura croisé et des affichettes pour les apposer chez les commerçants (avec leur accord bien sûr).

Viser en priorité les familles, les enfants (qui vont du coup vont en parler à leurs parents), les jeunes et leur montrer la joie qui nous anime. Les anciens sont aussi un bon public car ça leur met un peu d’animation dans leur vie.

Heure H, la veillée commence

Le Clan/Feu, s’est lavé en fin de journée J et arbore son plus bel uniforme propre,  a dîné tôt, fait la vaisselle du diner. Les pilotes sont sur place vers 20h30 pour démarrer la veillée à 21h. Fin prévue à 22h.

On met en place l’air de veillée, on commence à faire du bruit pour faire venir les indécis. On a prévu des couvertures dès que la nuit tombe, on prête les carnets de chants au public. Les routiers/guides-aînées sont disséminés dans le public pour chanter avec les invités et les faire rentrer dans l’esprit. On garde un ou deux rabatteurs en périphérie pour inviter les gens et le chef de clan/cheftaine de feu pour les accueillir. On doit sentir un véritable accueil fraternel des routiers/guides aînées. Chaque personne est la personne que l’on attend.

Les numéros s’enchainent, la veillée bat son plein, les spectateurs sont au rendez-vous. Un peu à l’écart de la veillée, en arrière, vous aurez monté un petit oratoire avec le CR pour que les routiers/guides-aînées viennent prier à tour de rôle pendant la veillée pour les personnes présentes. Si vous n’êtes pas assez nombreux, ou si le cadre ne le permet pas, vous pouvez organiser ce temps de prière (ou d’adoration) l’après-midi pour prier pour vos invités.

Prière et fin

On finit la veillée par la prière. On invite les gens à se joindre à nous mais on ne les force pas. On explique que la prière de fin de veillée fait partie de notre pédagogie. La prière est bâtie et offerte pour les gens. On peut lancer des intentions de prière et demander aux invités s’ils en ont. On ne se lance pas dans les complies, ni dans un rosaire. Certains invités n’ont parfois jamais récité de je vous salue Marie ni de Notre Père !

Enfin, on termine la veillée par un petit pot pour discuter avec les gens. On prévoit du sirop dans des bidons, des gâteaux en nombre et des gobelets en plastique. Mais on ne fait pas un after ! Après 30/40 minutes, on rentre en silence au camp. Le lendemain, pourquoi ne pas animer la messe au village comme signe de remerciement pour leur accueil ?

Encore quelques conseils utiles

Avec quelques VTF au compteur voici les derniers conseils que je peux vous donner.

  • Etre prêt au plantage complet (public qui ne vient pas, public qui s’en va au bout de 5 mn, public qui manifeste sa haine…), à la crise dans le clan/le feu, aux routiers qui s’intéressent plus que de raison au public féminin… et inversement. Là encore, ne pas être naïf et prévenir en en parlant durant la préparation.
  • Si le public ne vient pas… on fait quand même la veillée !
  • S’il n’y a qu’une personne dans le public, on joue quand même la veillée pour cette unique personne. Vous ne savez pas ce que vous êtes capable de semer dans le cœur des gens.
  • Pour s’assurer un minimum de public, ne pas hésiter à inviter les chefs de groupe, commissaire de district ou autre du coin. Ce n’est pas le premier public visé mais cela permet d’avoir une base de public.
  • La journée de préparation est un formidable moment pour le CC/la CF de mieux découvrir ses pilotes, certain(e)s vont véritablement vous étonner ce jour là.
  • Ne pas laisser les pilotes oublier ce moment d’unité efficace, savoir s’en servir pour construire le clan/le feu de l’année suivante.
  • Ne pas laisser les pilotes imaginer que ce qu’ils ont vécu n’est qu’un feu de paille, car c’est leur vie qui doit être VTF.

Alors bon courage pour la préparation de votre VTF pour cet été ! E ultreia !

Contactez-nous

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email et nous allons vous répondre dès que possible.

Not readable? Change text. captcha txt