Vézelay 2019 – Homélie de Mgr Bozo, évêque de Limoges

le 3 novembre 2019, en la basilique Marie-Madeleine de Vézelay

A Jéricho, on trouve des traces de civilisation du 8° millénaire avant Jésus-Christ. C’est une des plus anciennes villes connues. Au milieu d’une place, les guides montrent aux pèlerins naïfs le Sycomore vieux de 2000 ans où serait monté Zachée. Tout cela peut paraître un peu daté. Je voudrais vous aider à découvrir l’actualité de cette rencontre de Jésus et Zachée. 

Car Zachée est vraiment notre contemporain. D’abord parce que c’est un pécheur et que le péché hélas, n’a pas pris une ride, il est toujours actuel, dans nos vies, dans le monde, dans l’Église… Mais Zachée n’est  pas un pécheur à la petite semaine, il y va carrément, il ne fait pas dans la demi mesure : il est le chef des collecteurs d’impôt, il travaille donc à la solde de l’occupant romain, un genre de collaborateur, donc un chef collaborateur, méprisé des juifs, mais peu importe, puisqu’il s’enrichit sur leur dos. Donc, il a grosse maison, grosse voiture, gros train de vie. 

Bref, la culture individualiste, consumériste, jouisseuse, lui a offert ce qu’elle avait de mieux. Cette culture là vous fait des clins d’œil, incessamment. La réussite mondaine ressemble un peu à cela et elle n’a pas beaucoup de scrupules sur les moyens d’y parvenir. 

Pourtant Zachée n’est pas satisfait, il n’est pas comblé. Il y a une solitude, un désir insatisfait, un vide dans sa vie si pleine. Alors une sorte de curiosité, d’attrait le pousse vers Jésus dont tout le monde parle à Jéricho, parce qu’il vient d’y guérir un aveugle. Mais c’est une curiosité prudente, Zachée ne veut pas trop s’exposer. Il veut voir sans être vu, il veut connaître sans s’engager. Il est de petite taille, explique drôlement Saint Ambroise, parce qu’il n’a pas encore vu Jésus. Ne pas connaître Jésus, c’est ne pas avoir encore notre vraie stature, notre véritable identité. Et donc, pour voir malgré sa petite taille et surtout pour garder la maîtrise de la situation, il grimpe sur un sycomore. 

Les sycomores de Jéricho, ce sont nos réseaux sociaux, nos écrans d’ordinateurs et de smartphones, qui permettent de voir sans être vus, de maîtriser ce que nous voulons révéler de nous-mêmes, de rester à distance… de ne pas nous mouiller, d’être présents sans nous engager, sans nous livrer. Que de protections, que d’écrans nous mettons dans nos relations, aux autres et à Dieu. Nous voulons bien garder la maîtrise, bien contrôler, comment et quand nous donnerons, nous nous donnerons. 

Vous me direz que je me trompe de public. L’engagement, « donner sans compter, sans souci des blessures », c’est précisément la marque scoute. Ce n’est pas faux. Je l’ai consttaté avec émerveillement ce week-end et je vous en félicite. Mais je sais aussi que ce qui est si simple, si porteur ensemble est si difficile seul, dans sa chambre d’étudiant, dans le secret de ses décisions, des démissions quotidiennes… J’ai été frappé un jour de lire une interview de Jean Vannier, ce chrétien hors norme, fondateur de l’Arche, dans laquelle il expliquait avec humilité qu’il se sentait et se savait complètement vulnérable et pauvre… dès qu’il  se retrouvait seul.

Mes amis, j’en profite pour vous le dire : dans la solitude justement, ces écrans incontournables et si utiles deviennent vite des plaies, peuvent pervertir nos relations, et chez tant de garçons, chez tant d’hommes, ils pervertissent surtout la sexualité. Ce n’est pas une fatalité ! S’il vous plaît, ne vous laissez pas faire, ne devenez pas esclaves de vos écrans. Vous êtes des fils de la lumière, soyez plus rusés que les fils des ténèbres.

En tout cas, si nous pouvons nous cacher aux autres, nous ne pouvons pas nous cacher à Dieu. « Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et dit : ‘Zachée, descends vite, aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison’ ». Voilà la vraie rencontre. Jésus, le Seigneur, l’innocent, le pur, s’est abaissé pour venir à la rencontre des pécheurs. Il lève les yeux vers Zachée qui pensait se contenter de sa confortable position d’observateur. Jésus perce le cœur de Zachée. Dans une de vos méditations de l’heure route, vous avez lu ce passage de Saint Jean-Paul II : « le Christ est parvenu jusqu’au mystère intérieur de l’homme » (RH 8). 

Dans cette rencontre entre le Saint et le pécheur, c’est le pécheur qui est contaminé par le saint et non l’inverse. Le contact de la sainteté de Jésus est transformant. 

Jésus ne passe à Jéricho par hasard, Il est en route vers Jérusalem. Il va monter à son tour sur un arbre, celui de la Croix, en se chargeant de nos péchés pour nous en délivrer. Si Zachée peut descendre de son arbre à l’appel de Jésus et changer de vie, c’est parce que Jésus monte sur l’arbre de la Croix. Il nous a aimés et s’est livré pour nous.

Alors, c’est un tourbillon de joie. Zachée dégringole de son arbre, accueille Jésus dans sa demeure. Il voulait voir Jésus de loin et Jésus vient chez lui, dans son intimité. Quand Jésus rentre vraiment dans notre intimité, la vie est transformée. La maison, le cœur sont évangélisés. 

Zachée change de vie. « Voici, Seigneur, je fais don de la moitié de mes biens aux pauvres et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus ». Notez qu’il ne devient pas seulement généreux, il rétablit la justice. S’il ne donne que la moitié de ses biens, c’est parce qu’avec l’autre il veut réparer les injustices qu’il a causées.

Jésus aujourd’hui continue son œuvre. Il a traversé Jéricho, il traverse notre assemblée. Il a rencontré le regard de Zachée, il veut rencontrer le vôtre, il est entré chez Zachée, il veut entrer vraiment dans vos cœurs, dans vos vies. Ne fuyez pas son regard, ne fuyez pas son appel, ne fuyez pas la rencontre. Ne cherchez pas à maîtriser, à calculer. « Si l’amour t’appelle, ne demande pas où il va », écrivait Saint François de Sales. 

Jésus vient habiter la maison du pécheur. L’Église est cette maison des pécheurs, elle est le lieu où le Fils de l’homme vient « chercher et sauver ce qui était perdu ». Aimez l’Église, faites-lui confiance, ne refusez pas de la servir. Amen. 

Contactez-nous

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email et nous allons vous répondre dès que possible.

Not readable? Change text. captcha txt